Lecture : Un notaire peu ordinaire de Yves Ravey – aux éditions de Minuit « Gym neuronale avec SchoolAngels.com

Lecture : Un notaire peu ordinaire de Yves Ravey – aux éditions de Minuit

4ème page de couverture :

              Madame Rebernak ne veut pas recevoir son cousin Freddy à sa sortie de prison. Elle craint qu’il ne s’en prenne à sa fille Clémence. C’est pourquoi elle décide d’en parler à maître Montussaint, le notaire qui lui a déjà rendu bien des services.

                                                            ——*****——

 Je vous fais partager quelques échanges de participants à l’atelier lecture auquel je participe

mensuellement :

 POUR :

 -         Un livre déroutant par sa simplicité. C’est la construction du roman qui m’a intéressée. J’ai aimé la première et la dernière page. Les phrases sont courtes et simples, comme une table à rallonges avec au centre un tiroir. L’intrigue est bien menée. Certains portraits sont intéressants comme celui de la mère qui nous entraîne jusqu’au bout de ses angoisses. L’auteur nous laisse assez d’imaginaire.

-         J’ai été prise dès le début par une angoisse qui montait. La mère me paraît être quelqu’un poussée par le destin. Elle a un jugement irréductible contre le cousin.

-         M’a fait penser aux tableaux de HOPPER, le jeu des lumières. Il y a aussi un aspect social entre les puissants et les faibles. Je me suis demandé s’il n’y avait pas une erreur judiciaire. Un livre facile, agréable à lire, intéressant.

-         Le narrateur : on est très vite troublé par le fait qu’il raconte des choses auxquelles il n’a pas assistées. Un narrateur un peu omniscient.

-         Je ne me suis pas posé la question du narrateur parce qu’il raconte après les évènements. Un livre qui raconte quelque chose de condensé. J’avoue que je ne m’attendais pas à cette fin.

-         Un roman intéressant. Je ne suis pas sûr que la littérature a passé des messages profonds. La littérature ne touche pas à la vérité comme les discours philosophiques. On vit avec des personnages qui remettent en cause des stéréotypes. Ce qui est essentiel dans ce livre est l’art du hors champ. On est dans un truc à la Chabrol. La grande force de ce roman : oblige le lecteur à argumenter. Un roman d’une transparence opaque, limpide, linéaire. Yves Ravey a l’art d’angoisser, inquiétant. Les clichés nous font réfléchir sur nos propres clichés. Un roman fondé certainement sur un fait divers.

  CONTRE :

 -         Un livre qui n’a pas d’épaisseur. J’attendais un livre plus dense. J’ai été étonnée de l’apparente facilité. Ce livre, c’est comme si c’était un vin, un petit vin.

-         Que des clichés. C’est pour cela que cela ne m’a pas emballée, je l’ai trouvé creux.

 Pour résumer, personnellement, un livre que je ne regrette pas d’avoir lu et notre animateur a conclu par : « Un petit livre mais on a autour un gros livre virtuel ».

                                                                                                           Mamie Claire

Mars 2013

Leave a Reply

Connect with Facebook

  

  

  


*

You can use these HTML tags

<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>